Setup Menus in Admin Panel

Photo de profil

Lutter contre une superbactérie

Pseudomonas aeruginosa, une bactérie multirésistante responsable de nombreuses infections, notamment en milieu hospitalier, a un nouvel ennemi : le thé vert. Des recherches en laboratoire montrent en effet l’efficacité d’un composant naturel des feuilles de thé pour combattre ce pathogène, offrant une nouvelle piste dans le développement de moyens de lutte contre la résistance aux antibiotiques.

Des scientifiques de l’université de Surrey (Angleterre) ont réalisé des tests en laboratoire et ont constaté qu’un composant naturel du thé vert pouvait, combiné à un antibiotique autorisé sur le marché, aider à combattre l’antibiorésistance.

Les recherches ont porté sur la combinaison de l’épigallocatéchine (EGCG), un polyphénol extrait des feuilles de thé vert, et l’aztréonam, un antibiotique couramment utilisé pour traiter les infections causées par Pseudomonas aeruginosa. Cette bactérie est responsable de graves infections (voire mortelles) et résistante à de nombreuses classes importantes d’antibiotiques.

Publiée dans le Journal of Medical Microbiology, l’étude décrit des tests réalisés en laboratoire, afin de déterminer comment l’EGCG et l’aztréonam interagissaient avec P. aeruginosa, individuellement et en combinaison. Les scientifiques ont constaté que la combinaison d’aztréonam et d’EGCG était beaucoup plus efficace pour réduire le nombre de P. aeruginosa
Une série de tests a ensuite été effectuée sur des chenilles, ainsi que dans des cellules cutanées humaines. Là encore, les taux de survie étant significativement plus élevés chez les sujets traités par combinaison des deux éléments que chez ceux traités par EGCG ou aztréonam seul.

6 octobre 2019

No comments, be the first one to comment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Designed by InsideView 2019

Login

Create an Account Back to login/register